déniaiser


déniaiser

déniaiser [ denjeze ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1549 « tromper »; de dé- et niais
1Vieilli Rendre (qqn) moins niais, moins gauche. débrouiller, dégourdir, dégrossir. Ce voyage l'a un peu déniaisé. Pronom. « Afin de me déniaiser, je suis résolu de voir un peu le monde » (Voiture).
2Déniaiser un jeune homme, une jeune fille, lui faire perdre son innocence. ⇒ dessaler. P. p. adj. « La Merceret, plus jeune et moins déniaisée que la Giraud, ne m'a jamais fait des agaceries aussi vives » (Rousseau).

déniaiser verbe transitif Faire perdre sa naïveté, sa gaucherie à quelqu'un ; lui faire perdre son innocence en matière sexuelle. ● déniaiser (synonymes) verbe transitif Faire perdre sa naïveté, sa gaucherie à quelqu'un ; lui faire...
Synonymes :
- débaucher
- débrouiller
- dégauchir
- dégourdir
- délurer
- dévergonder
- séduire

déniaiser
v. tr.
d1./d Rendre moins niais. La vie indépendante l'a un peu déniaisé.
d2./d Fam. Faire perdre sa virginité à (un garçon, une fille).

⇒DÉNIAISER, verbe trans.
A.— Faire perdre à quelqu'un sa niaiserie. Ce garçon (...) il aurait fallu le déniaiser, le dégrossir, pour le rendre acceptable (LARBAUD, Jaune, 1927, p. 277).
Emploi pronom. L. qui se déniaise, sans en devenir moins sot, — chose immuable (BARB. D'AUREV., 2e Memorandum, 1839, p. 273).
B.— Faire perdre à quelqu'un son innocence dans les choses de l'amour :
Maurice (...) a joué le grand jeu de l'innocence. (...) C'est, à ma connaissance, au moins la troisième fois qu'il se fait...
LE BARON. — Déniaiser? D'une femme, c'est ordinaire, mais d'un homme, c'est plus piquant.
LA COMTESSE. — J'étais moi-même dupe de sa fausse candeur. Jusqu'au jour où je l'ai vu entreprendre la baronne...
HERMANT, M. de Courpière, 1907, I, 6, p. 7.
Emploi pronom. Je crois même (...) que nous nous... déniaisâmes, lui et moi, avec la même roulure (COURTELINE, Ronds-de-cuir, Homme qui boit, 1893, p. 217).
Prononc. et Orth. :[] ou par harmonisation vocalique [denjeze] (ds Pt ROB. et pour le lang. cour. ds WARN. 1968); je déniaise []. Admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. [1549 desnyaïser « leurrer, tromper » (Rob. ESTIENNE, Dict. lat. d'apr. A. Delboulle ds R. Hist. litt. Fr., t. 9, p. 489)]; 1572 « tromper » (BELLEFOREST, Epist. aux princes, 184 r°, ibid.); 2. 1558 [une fille] (BONAVENTURE DES PERIERS, Nouv. récréations, nouv. 8 ds Conteurs français du XVIe s., 389 ds QUEM. Fichier). Dér. de niais; préf. dé-; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 17. Bbg. MAT. Louis-Philippe 1951, p. 286. — QUEM. 2e s. t. 4 1972.

déniaiser [denjeze] v. tr.
ÉTYM. 1549; de 1. dé-, niais, et suff. verbal.
1 Rendre (qqn) moins niais, moins gauche. Débrouiller, dégourdir, dégrossir. || Ce voyage l'a un peu déniaisé.Pron. || Il s'est bien déniaisé depuis qu'il travaille. Apprendre.
1 Afin de me déniaiser, je suis résolu de voir un peu le monde.
Voiture, Lettres, 30.
1.1 Un oncle, que j'ai le plus grand intérêt à ménager, m'envoie, du fond de sa Bretagne, un petit campagnard à déniaiser et à former (…)
Labiche, Deux merles blancs, II, 6.
2 Fam. || Déniaiser un jeune homme, une jeune fille, lui faire perdre son innocence. Délurer, dessaler.(1558). Vieilli. Faire perdre sa virginité à (un jeune homme, une jeune fille).
——————
déniaisé, ée p. p. adj.
Devenu moins niais; qui a acquis une expérience (notamment érotique).
2 La Merceret, plus jeune et moins déniaisée que la Giraud, ne m'a jamais fait des agaceries aussi vives; mais elle imitait mes tons, mes accents, redisait mes mots, avait pour moi les attentions que j'aurais dû avoir pour elle (…)
Rousseau, les Confessions, IV.
3 (…) je n'ai pas encore mis le pied dehors, je ne connais rien; j'attends que je sois déniaisée, que ma mise et mon air soient en harmonie avec ce monde (…)
Balzac, Mémoires de deux jeunes mariées, Pl., t. I, p. 142.
4 Elle découvrait les amusements de la ville, et les joies du ménage n'étaient plus qu'un souvenir : l'amour, la coquetterie, les restaurants des Halles, Montmartre, les facilités de la vie de château et d'hôtel pendant les vacances. Déniaisée; plus de timidité ni de faiblesse de caractère.
Valery Larbaud, Amants, heureux amants, p. 128.
5 Attends ! Laisse-moi te parler ! Pendant que tu te reposais ainsi dans la paresse de ton éternité, sur tes procédés de l'An I, l'esprit de l'homme, déniaisé par toi-même ! (…) a fini par s'attaquer aux dessous de la Création (…)
Valéry, Mon Faust, p. 54.
6 Je ne fus pas blessé de cette mise au point. À vingt-deux ans, peu déniaisé, retenu par des timidités ou des dégoûts, militaire depuis longtemps, ne connaissant guère que le bordel, j'avais le sentiment de mon infériorité comme amant, ce qui se paye.
Drieu La Rochelle, la Comédie de Charleroi, p. 180.
DÉR. Déniaisement, déniaiseur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • déniaiser — DÉNIAISER. v. actif. Rendre quelqu un moins niais, moins simple, plus fin, plus rusé, qu il p étoit. Il étoit fort simple, mais la Cour l a un peu déniaisé. Les affaires l ont déniaisé. Il s est déniaisé en fort peu de temps. Il se déniaisera… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • deniaiser — Deniaiser. v. a. Rendre quelqu un moins niais, moins simple, plus fin, plus rusé qu il n estoit. Il estoit fort simple, mais la Cour l a un peu deniaisé. les affaires l ont extremement deniaisé. Il est aussi n. p. Il s est fort deniaisé en peu de …   Dictionnaire de l'Académie française

  • déniaiser — (dé ni è zé) v. a. 1°   Rendre quelqu un moins niais, moins simple, moins gauche.    Ironiquement, tromper quelqu un, abuser de sa simplicité. On l a déniaisé dès son arrivée à Paris. •   Quelques cuisiniers brûlent leurs viandes et gâtent leurs… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DÉNIAISER — v. a. Rendre quelqu un moins niais, moins simple, moins gauche, plus fin, plus rusé qu il n était. Il était fort simple, mais son voyage à Paris l a un peu déniaisé. Les affaires l ont déniaisé. On l emploie souvent avec le pronom personnel. Il s …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DÉNIAISER — v. tr. Rendre quelqu’un moins niais. Il était fort simple, mais son voyage à Paris l’a un peu déniaisé. Les affaires l’ont déniaisé. Il s’est déniaisé en fort peu de temps. Il se déniaisera dans le monde. Il signifie aussi Faire perdre son… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • déniaiser — v.t. Déflorer …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • déniaisement — ● déniaisement nom masculin Action de déniaiser, de se déniaiser. ⇒DÉNIAISEMENT, subst. masc. Action de déniaiser; fait d être déniaisé ou de se déniaiser. Il trébucha dans les cadavres des siens (...) Quel tragique déniaisement pour un garçon à… …   Encyclopédie Universelle

  • dégourdir — [ degurdir ] v. tr. <conjug. : 2> • XII e; de dé et gourd 1 ♦ Faire sortir de l engourdissement. ⇒ désengourdir. « Cela vous réchauffera les pieds et dégourdira les jambes » (Gautier). Se dégourdir les jambes en marchant. 2 ♦ Vieilli… …   Encyclopédie Universelle

  • dessaler — [ desale ] v. <conjug. : 1> • 1393; dessaléXIIIe; de des et saler I ♦ V. tr. 1 ♦ Rendre moins salé ou faire cesser d être salé. Dessaler de la morue en la faisant tremper. Intrans. (1680) Mettre des harengs à dessaler. Pronom. L eau de mer… …   Encyclopédie Universelle

  • apprendre — [ aprɑ̃dr ] v. tr. <conjug. : 58> • Xe; lat. pop. °apprendere, class. apprehendere « saisir, comprendre » I ♦ (Sens subjectif) Acquérir la connaissance de. 1 ♦ Être rendu capable de connaître, de savoir; être avisé, informé de (qqch.). Ils… …   Encyclopédie Universelle